L’heure du premier bilan, après 6 mois de voyages en solo : qu’ai-je appris ?

Bacalar ; mexico ; travel solo ; Yucatan ; Quintana Roo ;

Il y a 6 mois, j’ai entamé un très beau voyage toute seule loin de «chez moi». Un voyage solo comme certains aiment le dire. Le 3 janvier dernier, après avoir pris le soin de rendre mon appartement et de boucler ce qui devait l’être, j’ai choisi le Mexique comme terre d’accueil à une fuite émotionnelle. Un pays que je ne connaissais pas et dont je ne parlais pas la langue (« un poquito ahora » ;-), traduction de l’espagnol : « un petit peu maintenant »). Hormis l’organisation d’une retraite de yoga en février à Puerto Escondido, je ne savais pas ce que j’allais y faire ni y trouver. Je n’avais aucune attente. Vous pouvez retrouver en ligne mon post sur mon départ « Partir ou le courage de s’écouter, de foncer, de se libérer ».

L’heure du premier bilan 

Depuis, j’ai appris qu’on croit que l’on ne sait pas alors qu’au fond inconsciemment on sait très bien pourquoi et que les « je ne sais pas mais j’y vais parce qu’en fait je sais » sont la clé de grands rendez-vous avec soi-même.

J’ai appris qu’on n’a pas besoin de savoir. On trouve en chemin car les rencontres et les expériences sont là sur la route et que ce sont les plus grands enseignements.

J’ai appris que l’incertitude est le plus beau cadeau que l’on puisse se faire. Elle va de pair avec le courage l’audace, la force et l’amour de soi.

J’ai appris que s’autoriser à partir sans explication, juste pour avancer c’est un magnifique projet.

J’ai appris qu’affronter sa peur seule c’est déjà semer la graine d’un meilleur lendemain.

J’ai appris qu’on part pour voir le monde tourner, pour ne pas rester enfermé dans sa petite vie et ses petits problèmes.

J’ai appris qu’on voyage à la découverte de soi, pour devenir complet et l’artiste de sa vie.

J’ai appris que malgré les nombreux moments de doutes, d’inconforts, de solitude, de peurs même parfois : « Traveling is Healing ».

J’ai appris que pour laisser place au changement et à la transformation de l’ego il faut oser lâcher la stabilité pour la diversité.

J’ai appris que la vie nomade est une expérience formidable qui vaut tous les « chez soi » du monde.

J’ai appris que le jour où l’on est complet on peut se sentir chez soi partout. Je n’y suis pas encore. Mais je crois être sur la bonne route.

J’ai appris que le voyage nous autorise à incarner tout ce que nous sommes vraiment, tout qu’on ne s’accordait pas jusque là à cause d’une famille, d’un milieu ou d’un entourage pesant.

J’ai appris que le voyage confronte à un profond changement, à de grandes remises en questions, qu’il nous oblige à nous détacher et à devenir réellement indépendant.

J’ai eu la confirmation que si on accepte de suivre son intuition et d’écouter son coeur : le reste suivra !

1 Commentaire

  1. THOMAS dit : Répondre

    Superbe bilan sur ton voyage, continue à nous faire rêver à distance, écoute ton cœur ♥️. Moi je souhaiterais continuer à échanger avec toi sur tes expériences de voyages solo.
    Félicitations pour tout ce que tu es et ce que tu nous donnes

Laisser un commentaire

Please copy the string nd4yTo to the field below: