Le coaching comme soutien à un burn out émotionnel

burn out ; burn out émotionnel ; emotional burn out

Pourquoi le coaching ?

Pour donner du sens quand il n’y en a plus vraiment. Afin de s’aligner avec la meilleure version de soi-même, suite à un burn out ou encore pour trouver un ancrage ou sa place lorsqu’on ne sait plus très bien quelle direction empruntée.

On rembobine : Retour en arrière sur mon année 2021

Le 3 janvier 2021, j’ai quitté Paris pour le Mexique. 

Ici, au Mexique, le ressenti émotionnel de mon année 2021 a été fracturée en 2 partis : 6 mois de lune de miel /6 mois de burn out émotionnel. 

En juillet 2022, j’ai perdu mon ancrage. Je savais que je ne voulais pas rentrer en France mais dans un même temps, j’étais à la recherche de ma place à Mexico City. Je ne savais pas par quel bout m’y prendre. Combien de temps avais-je envie de rester ? Dans quel quartier devais-je vivre ? Comment trouver un appartement ? Comment réussir à rencontrer et connecter avec les bonnes personnes ? Que faire du côté professionnel ? Travailler à distance avec la France ? Ou bien démarrer une nouvelle activité ici tout en devant éventuellement me réorienter ? Lorsque j’ai ressenti que cela faisait trop de questions et que je n’arrivais plus à gérer, j’ai pensé au coaching et à Nadine. Je l’ai rencontré il y a 1 an 1/2 via instagram et le yoga kundalini.

Les 6 premiers mois : la phase « lune de miel »

Six premiers mois de bonheur au Mexique (avec quelques coups de stress  évidement, tout n’est pas rose H24…). 

Le bonheur de la nouveauté : 

  • Des voyages en pagailles au Mexique (je crois que je peux dire que j’ai plus voyagé dans le Mexique qu’une bonne partie des mexicains) ainsi qu’au Guatemala,
  • Des rencontres passionnantes avec de personnes aux horizons très différents du mien
  • La découverte d’un pays magnifique et fascinant : autant par la grandeur et la diversité de son territoire (il faut une vie pour découvrir l’intégralité du Mexique),  la richesse de sa nourriture, la qualité de son service… 
  • L’apprentissage et la découverte de nouvelles techniques de guérissons spirituelles qui n’existent pas en Europe. 
  • L’organisation de ma première retraite de yoga à l’étranger au mois de février.
  • L’apprentissage d’une nouvelle langue : l’espagnol. 
  • Une vie au jour le jour, légère sans me préoccuper de l’avenir mais juste d’être là ici et maintenant et de profiter à fond de chaque moment. 

La conclusion de ces 6 premiers mois de 2021

C’est magnifique de s’autoriser à vivre au jour le jour, sans plan réel pour le lendemain en dehors de celui de se laisser porter par ses rencontres. L’illustration en quelque sorte de l’expression « vivre d’amour et d’eau fraîche ». C’est une vie très légère et sincèrement j’admire les gens qui arrivent à vivre toute une vie comme cela. J’ai adoré passer la moitié de l’année à expérimenter un rythme et des habitudes de vie si différentes de la mienne. Mais cela m’a été plu un temps seulement. 

Personnellement, pour me sentir complète, alignée, ancrée et fière de moi : j’ai besoin de challenge, de projets, de me sentir utile dans ce monde via un travail qui me valorise et qui me donne la sensation d’apporter ma pierre à l’édifice. En quelques sortes sans « plan » réel et sans cadre, je perds rapidement mon ancrage.

Au bout d’un moment, j’ai donc eu besoin de projets et de me fixer dans une ville afin de m’ancrer.

L’arrivée de l’inconfort avec le mois de juillet 

Le mois juillet est arrivé et avec lui des chocs en pagaille. 

En moins d’une semaine j’ai vécu : 

  • Le départ et le retour précipité en Europe de mes meilleurs amis qui étaient comme ma famille ici et chez qui je vivais quand j’étais à Mexico City.
  • Un vol extrêmement conséquent d’un point de vue autant financier qu’émotionnel de certains de mes bijoux. Cela a été d’autant plus difficile a encaisser que l’auteur est une personne qui travaillait depuis 5 ans chez mes amis. Elle avait toute notre confiance. Elle a agi 2 jours avant que nous rendions l’appartement. Il m’a donc été très compliqué de pouvoir agir en conséquence. 
  • Après leur départ, j’ai vécu 20 jours dans un appartement dans un autre quartier et j’ai subi un harcèlement sexuel de la part du doorman de l’immeuble. 
  • ET pour couronner le tout : une grosse déception et une claque sentimental (forcééééément !!!) durant cette même semaine.

Au-delà de me retrouver seule à Mexico City, inutile de vous dire que tous ces événements sont venus fissurer l’image idyllique que je m’étais créé du Mexique et les projections que j’avais faite de ma vie ici. 

Remise en question et perte d’ancrage 

Je commençais à TOUT remettre en questions. Le stress a eu un tel impact sur  mon corps que j’ai développé la maladie de lIntestin Irritable. J’ai également été en aménorrhée quasiment toute l’année (je n’ai eu mes règles que 4 fois en 2021). 

Je n’arrivais plus à trouver ma place ici ni même à la visualiser. Le stress me faisait complètement perdre mon CAP et mon ancrage. 

Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur ce que je ressentais. Ce n’était ni de la tristesse ni de la dépression. Mais un état de stress permanent. J’ai mis le doigt il y a peu de temps sur ce que j’ai vécu ces derniers mois : un burn out émotionnel. J’en sors doucement pas à pas depuis quelques semaines. L’année a été intense, trop…Trop de nouvelles informations, de choses à bouger, de voyages, de décisions à prendre, une culture et une langue différente à gérer… Je n’y arrivais plus, j’étais clairement en train de perdre pied. 

Le moment du retour ? 

Au même moment on me proposait pleins de projets pour la rentrée à Paris : des cours dans des nouveaux studios, l’organisation de différentes retraites… ma mère  me voyant loin, seule, malade et franchement en train de galérer n’arrêtait pas de me répéter au téléphone « mais je ne comprends pas pourquoi tu ne rentres pas… ça fait 6 mois… c’est bon tu as bien profité. Tout cela c’est peut-être le signe que c’est la fin de ton aventure mexicaine, tu ne crois pas ? ». 

La phase de déconstruction

Mais non, je n’étais pas prête à rentrer. Je savais profondément que ce n’était pas encore le moment. Cela m’était inenvisageable. Et pourtant je vous assure qu’à partir de juillet, je n’ai plus profité, mais alors plus du tout. C’était plutôt un challenge quasi quotidien que d’être ici et d’essayer de m’installer et de me projeter dans les prochains mois. 

En revanche, il m’était très clair que le process de déconstruction dans lequel j’étais rentrée lorsque je suis arrivée ici il y a 6 mois n’était pas fini.

En me retournant sur cette année, je réalise que si j’ai décidé de partir si loin c’était également, entre autre, pour déconstruire certains acquis, principes, croyances… A mes yeux, le processus de reconstruction de nouvelles bases qui doit s’opérer après une déconstruction devait également se faire ici. 

Mais comment devais-je m’y prendre pour reconstruire ? J’étais perdue. La guerrière n’arrivait plus à gérer seule.

Le moment de la reconstruction

C’est après avoir trouvé mon appartement à Mexico City (pour info : la recherche a été un enfer et j’ai eu un mal fou à le trouver) que j’ai réussi à me sentir un peu plus posée. C’est également à ce moment là que j’ai pris conscience qu’il serait très compliqué de vivre uniquement en donnant des cours de yoga à Mexico. Le tarif/horaire dans les métiers du service étant extrêmement faible au Mexique. Comment allais-je m’y prendre ? C’était quoi le plan ?

J’ai alors décidé d’enclencher un processus de coaching avec Nadine. Afin de m’aider à reconstruire.

Depuis septembre Nadine m’accompagne avec bienveillance dans cette phase de reconstruction. Je ne sais pas quand est-ce qu’elle prendra fin. J’essaie de rester dans la gratitude car je sais qu’en vivant cela j’apprends énormément. Néanmoins, c’est un processus qui n’est ni facile, ni agréable à vivre. Du coup le soutien de Nadine via la planification de 11 séances d’1h/1h30 toutes les 1 ou 2 semaines, m’est d’un grand soutien. Elle m’aide à y voir plus clair sur les pistes que je peux potentiellement empruntée. Aussi à être plus indulgente avec moi-même et à voir les choses sous un autre angle. Je repars d’une séance avec de la motivation et des objectifs à remplir d’une séance à l’autre. Je vous en dis plus sur le coaching via une interview de Nadine que je publierai ce mois-ci sur le blog.

Pour en savoir plus sur Nadine et sa méthode de coaching alignée : www.numeroonze.com

 

1 Commentaire

  1. […] je vous l’ai raconté dans mon article « le coaching comme soutien à un burn out émotionnel » mes 6 premiers mois ici on était comme une parenthèse enchantée. Une phase durant laquelle […]

Laisser un commentaire

Please copy the string a4wXeQ to the field below: