From what I am…family… transmuter les douleurs intergénérationnelles : de l’ombre à la lumière.

papa ; âme ; âme flamme ; intergenerationel

L’image du père 

Papa, tu es mon héros, tu es mon modèle, tu es ma vie… j’ai construis toutes mes bases par rapport à ce que tu étais, l’image du bonheur que tu me transmettais… celles que tu avais reçues… celles d’une famille hors-norme… dont on a la chance de faire remonter les origines jusqu’à 1350 😱 quel cadeau de savoir d’où je viens, et d’aussi loin…!

Nage en eau trouble…

Pourtant pendant des années je l’ai rejeté cette vision ! Car nous n’avions pas le même langage. Pas la même langue de l’amour. Et je ne voulais pas de la tienne, ni de celle de notre famille dans sa globalité. Nous n’avions pas la même et je souffrais que vous n’ayez pas mes codes à moi ! Pas les tiens et pas non plus de ceux de maman, et pas non plus ceux du cercle proche : intime et familiale, mes oncles, mes tantes, je ressentais une douleur immense, tout le temps… toujours… comme une immense frontière entre nous. Nous étions du même sang, mais des étrangers. Encore plus à chaque réunion familiale. Comme une souffrance dans mon corps, qui venait je ne sais d’où… et que je ne portais pas seulement dans mon corps physique, qui me poussait à des déchéances comme l’anorexie, mais aussi dans mon corps mental et dans mon âme.

La transmutation de mon âme

J’ai transmuté pendant si longtemps ces souffrances que je ressentais sans les comprendre, à travers la drogue et l’alcool… mes modes d’échappatoire pour ne plus ressentir ses souffrances transgénérationnelles que toi papa et toi maman, vous n’aviez jamais connu, mais que vous viviez sans les comprendre en souffrance à travers moi. Pardon pour ça. Pardon pour toute cette souffrance que je ne voulais pas pour moi. Et que je n’ai jamais voulu vous faire ressentir. Papa, maman, je vous aime. Plus que tout sur cette terre aujourd’hui. Vous vouliez m’aider. Je souffrais tellement de cela. De votre peine vis à vis des miennes, sans connexion. Car vous ne les compreniez pas. Vous n’arriviez pas à cerner mes détresses. J’avais tout. A vos yeux tout était là. Mais c’était en moi, vous ne pouviez pas comprendre. Puis un jour, j’ai trouvé le yoga Kundalini. Et très vite, peu de temps après, je me suis reconnectée à moi. Je n’avais plus besoin de l’aide des autres pour l’atteindre, cet espace de joie, de bonheur, de fierté, de sécurité que ni ma famille, ni mes amis, ni mon amoureux, ni l’alcool, ni aucune drogue, ni toi papa, ni toi maman ne pouvez éveiller. La connexion que la pratique du yoga Kundalini arrivait à créer à ma profondeur intime a révélé une synergie avec mon âme. Et vous avez pu vous connecter à cette nouvelle vibration qui émanait de moi. Nos rapports étaient différents. J’étais connectée à tout mon être et enfin à vous. Je n’attendais plus rien de vous, ni de l’extérieur. Et c’est ainsi que j’ai enfin réussi à comprendre qui j’étais vraiment et l’importance de nos liens.

Une nouvelle vibration 

Cette vibration qui était la mienne, ce nouvel état de conscience, s’est un jour connectée à votre vibration de bonheur à vous. Et pourtant, au début vous l’avez prise pour une de mes nombreuses lubies. Puis vous m’avez vu lâcher : la fête, l’alcool, les drogues… pour me plonger dans des univers très différents des vôtres… mais qui me faisaient énormément de bien. Puis vous avez voulu comprendre. Pourquoi si longtemps j’avais porté en moi ce poids… Comme une douleur transmise et imméritée. Mais il n’y a que moi qui pouvait la comprendre et l’analyser.

La connexion de mon âme à mes douleurs et à celles de ma famille…

Et un jour papa, enfin, je t’ai demandé : les plus vieux souvenir familiaux que tu connaisses ils datent d’où ? Et tu m’as répondu : « Jean de Louvigny, pendu sur les murs de la ville en 1350 ! Face au peuple, face à sa famille, à sa femme, à ses filles… » et là j’ai compris…. enfin !! Pourquoi cette souffrance, cette collère, cette peur et cette haine si longue en moi…! Pourquoi j’avais eu ce rejet de tout mon milieu… mais finalement si transformateur ! Et à plus de 30 ans, j’ai enfin pris conscience et j’ai accepté. J’ai accepté que cette histoire, c’est la nôtre, c’est la mienne vous êtes ma famille, mon socle, ma fierté, ma bataille… pardon pour toutes ces peurs, ces hontes et ces souffrances ressenties au plus profond de mes entrailles, toutes ces douleurs… ce n’était pas que vous… et ce n’était pas que moi surtout ! c’était un poids intergénérationnel, tellement plus lourd que juste vous et moi… vous, papa, maman, vous m’avez apporté tout ce dont j’ai besoin et je vous ai choisi pour ces besoins spécifiques (voir  mon post sur les âmes sur mon instagram).

J’ai intégré (après bien trop longtemps) toute cette souffrance, tout ce poids familial, qui remonte à des générations…. papa, tu m’avais proposé plusieurs fois de porter les armes de notre famille… contrairement à mes frères, je les avais toujours rejetées. Je ne voulais pas inconsciemment, de ce poids sur mes épaules… c’était comme un dégoût physique de mon corps. Aujourd’hui c’est moi qui te les ai demandé ces armes… Ce symbole familiale qui me montre  d’où et de qui je viens. 

L’ouverture du coeur

Mais en échange papa, je t’ai promis qu’aussi longtemps que je vais les porter ces (nos) armes familiales, tu devais visualiser le chakra de ton cœur et essayer de te poser dans ton intelligence émotionnelle. Pour toi, pour moi, pour nous, pour que chacun d’entres nous, dans cette famille actuelle et celle qui va suivre, puissions transmuter toutes ces parts d’ombres en lumière… pour toutes nos générations à venir…

papa ; âme ; âme flamme ; intergenerationel

2 Commentaires

  1. Mira dit : Répondre

    Merci Ombeline

    1. Ombeline dit : Répondre

      De rien 🙂

Laisser un commentaire

Please copy the string eDPV7C to the field below: